Artiste français, né à Melun en 1960. Philippe Bouveret est passionné par le monde des inventions. Enfant, il s’interroge sur l’électricité, le téléphone et élabore de petites expériences en tout genre. De 13 à 18 ans, il construit, avec beaucoup de patience, de persévérance et d’ingéniosité, un véritable bateau de six mètres de long. C’est la grande œuvre de sa jeunesse. Il projette de devenir architecte naval et passe un baccalauréat technique.

Parallèlement, il découvre l’art contemporain et prend conscience qu’en devenant artiste, il pourra développer librement sa passion pour les expérimentations. À 21 ans, il entre à l’École Nationale des Beaux Arts, à Paris. Cet enseignement trop classique ne correspond pas réellement à son attente. Il abandonne cette formation et prend contact avec Pol Bury dont il devient l’élève. Stimulé par son maître, il élabore son propre travail artistique orienté sur une recherche du mouvement.

Il découvre avec intérêt certains artistes cinétiques, notamment Takis, et fait la connaissance de Nicolas Schöffer dont il admire le travail.

En 1987, Philippe Bouveret fait une nouvelle rencontre capitale, celle de Jean Tinguely. Avec sa femme, Dorothée, ils participent à la construction du Cyclop, cette sculpture monumentale de Jean Tinguely cachée dans la forêt de Milly (Essonne). Jean Tinguely l’encourage dans sa création et lui prête son atelier à Dannemois. Le Cyclop abrite aujourd’hui deux oeuvres de Philippe Bouveret.

De façon générale, l’oeuvre de Philippe Bouveret se construit autour de deux constantes : le mouvement et l’eau.

Il a déjà élaboré, indirectement, le thème de l’eau dans son enfance en construisant son bateau. Au début des années quatre-vingt, il prend contact avec un anthroposophe, John Wilkes, qui travaille sur un système de fontaines purifiant l’eau. Il est séduit par cet homme qui organise toute sa vie autour d’une passion unique : l’eau.

Ses sculptures – fontaines, flèches, tableaux secrets, balanciers – s’animent au contact de facteurs naturels comme la pression atmosphérique, la chaleur, l’évaporation, la dilatation, etc. Le mouvement influé à ses oeuvres est lent, calme, silencieux, aléatoire.